20 novembre 2015

C'est leur avis

Laisser une place à la rage

Le philosophe Roger-Pol Droit constate que l’accablement domine après les attentats de Paris. Dans une tribune publiée dans les Échos, il juge nécessaire de laisser une place à la rage, et même à la vengeance, pour combattre le terrorisme.

« Il faut cesser d’avoir toute rage en horreur, comme si elle était toujours mauvaise. […] À force de ne plus voir s’afficher que des bons sentiments, des refus de toute agressivité, des angélismes candides, on pourrait presque avoir l’impression que le ressort de toute résistance se trouve aujourd’hui cassé. Si c’est vraiment le cas, alors, en ce temps où les affects revêtent une portée stratégique, les islamistes ont déjà gagné : leurs victimes, passées et futures, seront pleurées par des survivants tétanisés, mais eux ne risquent rien, et le califat avance. Au contraire, si la rage nous habite de venger les victimes et d’exterminer les bourreaux, il devient possible qu’ils perdent. En termes de sentiments, c’est aussi simple que cela. » Roger-Pol Droit