20 novembre 2015

Ça alors

Une start-up américaine accusée de protéger Daech

Lundi, le collectif de pirates informatiques Anonymous a menacé Daech de représailles en réaction aux attentats de Paris. Le groupe a promis des attaques informatiques. En mars dernier, il avait publié une liste de 9 200 comptes Twitter appartenant à des partisans des djihadistes. Mais les Anonymous ont également choisi de s’en prendre à une entreprise américaine qui, selon eux, protège des sites pro-Daech : CloudFlare. Cette start-up installée à San Francisco fournit des protections contre les cyberattaques. Les Anonymous ont déclaré qu’au moins 34 sites de propagande et quatre forums de discussion liés à Daech étaient concernés. Interrogé par The Register, un site spécialisé dans les nouvelles technologies, le patron de CloudFlare Matthew Prince a expliqué qu’il n’avait pas à juger le contenu publié par ses clients.