16 décembre 2015

Tout s'explique

La machine économique de « Star Wars »

Les produits dérivés rapportent-ils plus que les films ?

Le septième épisode de la saga « Star Wars », « Le Réveil de la force », sort aujourd’hui dans les salles françaises, avec dans son sillage des milliers de produits dérivés. Au total, la franchise a rapporté 28 milliards de dollars depuis sa sortie en 1977, recense Statistics Brain, un site américain spécialisé dans les statistiques. Les produits dérivés représentent 85 % du total et se matérialisent principalement par des jouets, mais aussi des emballages de nourriture, des produits électroménagers, etc. La banque d’investissement Oppenheimer estime que le nouveau film générera deux milliards de dollars en ventes de jouets entre le 4 septembre, date du lancement de la campagne marketing, et le 31 décembre. Disney, propriétaire de la licence, touche 10 % sur chaque article vendu. Les produits dérivés ont fait la fortune de George Lucas, premier à avoir exploité en masse ce procédé. Ses producteurs avaient accepté en 1977 de lui céder ces droits d’exploitation en échange d’une suppression de son salaire de réalisateur.

« Le Réveil de la Force » peut-il devenir le film le plus lucratif de l’histoire ?

Seuls deux films ont réussi à dépasser le seuil des deux milliards de dollars de recettes au cinéma. Il s’agit de « Avatar » avec 2,8 milliards de dollars en 2009 et « Titanic » avec 2,2 milliards de dollars en 1997. Si plusieurs analystes prédisent au « Réveil de la Force » une fin de carrière à plus de deux milliards de dollars, « Avatar » sera difficile à détrôner si l’on tient compte de l’intérêt mondial qu’il a suscité à sa sortie, notamment en raison de ses effets 3D novateurs. Ce film a connu un immense succès en Russie et en Chine, deux pays où « Star Wars » est peu ancré dans la culture populaire. La Russie a autorisé la diffusion de la première trilogie seulement l’année dernière. Son interdiction était un héritage de la politique anti-Hollywood menée lors de la guerre froide. Ce n’est que depuis cette année qu’elle est autorisée en Chine. Ces deux pays connaissent néanmoins une forte croissance du nombre d’écrans de cinéma depuis 2009 : +80 % en Russie et +475 % en Chine.

Comment Disney va-t-il rentabiliser le rachat de Lucasfilm ?

George Lucas a vendu sa société Lucasfilm à Walt Disney pour quatre milliards de dollars en 2012. Le géant du divertissement cherche à diversifier son offre, après le rachat en 2006 des studios d’animation Pixar (« Toy Story », « Cars », etc.) et de Marvel en 2009 (« Spiderman », « Iron Man », « Avengers », etc.). Ces entreprises disposent d’un univers riche déclinable en diverses activités : films, jouets, parcs à thème. Le groupe américain a annoncé en août son intention de construire deux extensions de ses parcs d’attraction en Californie et en Floride autour de l’univers de « Star Wars ». En plus de la nouvelle trilogie qui doit d’achever en 2019, Disney a annoncé la mise en chantier de trois autres films centrés sur des personnages secondaires, dont le contrebandier Han Solo et le chasseur de primes Boba Fett.