22 décembre 2015

Tout s'explique

SpaceX parvient à faire revenir une fusée sur Terre

En quoi est-ce une première ?

La compagnie aérospatiale privée SpaceX a réussi hier soir à faire décoller une fusée, placer en orbite 11 satellites et faire revenir son lanceur près de Cap Canaveral en Californie. Ce Falcon 9 a utilisé ses moteurs pour ralentir sa chute lors de l’atterrissage. L’entreprise fondée par le milliardaire sud-africain Elon Musk, par ailleurs patron du constructeur de voitures électriques Tesla, avait échoué lors de sa précédente tentative le 28 juin. L’appareil avait explosé en vol peu après son lancement, le premier incident majeur en sept ans d’existence et 18 lancements. La mission réussie de SpaceX intervient un mois après celle d’une société concurrente, Blue Origin, qui avait réussi à envoyer une fusée à 100 kilomètres d’altitude et à la faire revenir. Mais celle de SpaceX est trois fois plus grande, va plus vite, s’est rendue deux fois plus haut et avait pour mission de mettre des satellites en orbite.

Quel est l’intérêt des fusées réutilisables ?

La fusée réutilisable signifie que l’on peut récupérer le premier étage de l’engin (le lanceur) après son décollage. Jusqu’à présent, la technologie ne permettait pas de le faire revenir. Tous les étages se séparaient au fur et à mesure de l’ascension et étaient abandonnés dans l’espace ou détruits en retombant dans l’atmosphère. Seules les navettes spatiales américaines, inaugurées en 1981, étaient réutilisables, mais le coût et les accidents ont conduit la Nasa, l’agence spatiale américaine, à abandonner le programme en 2011. Si SpaceX parvient à systématiser sa performance, la compagnie pourra réutiliser ses lanceurs pour de prochaines missions et réaliser des économies substantielles. Elon Musk a déclaré la semaine dernière que le coût de fabrication de son lanceur Falcon 9 était de 16 millions de dollars.

Qui sont les milliardaires qui s’affrontent dans le secteur aérospatial ?

SpaceX est la première société privée à avoir accompli en 2012 une mission spatiale, en amarrant une capsule à la Station spatiale internationale (ISS). Le ravitaillement des stations spatiales représente le cœur de son activité, mais la société participe désormais à la mise en orbite de satellites. Son concurrent Blue Origin a été créé en 2000 par le patron d’Amazon Jeff Bezos, avec l’ambition de développer le tourisme spatial. Ce dernier a félicité Elon Musk hier soir en tweetant « Bienvenue au club ». Les deux hommes s’étaient opposés le mois dernier sur Twitter, chacun tentant de démontrer l’avancée technologique de sa société dans le secteur aérospatial. D’autres milliardaires ont développé des projets, avec moins de succès : Richard Branson et sa compagnie Virgin Galactic, en pause depuis un accident mortel l’an dernier, ou Paul Allen, cofondateur de Microsoft, qui travaille sur un avion capable de voler dans l’espace.