30 décembre 2015

C’est leur avis

Les excuses géopolitiques du Japon

Noah Feldman, chroniqueur de Bloomberg, estime que les excuses officielles du Japon 70 ans après avoir transformé des dizaines de milliers de Sud-Coréennes en esclaves sexuelles pour son armée ne sont pas dictées par un impératif moral, mais géopolitique.

« Le Premier ministre Shinzo Abe, un nationaliste affirmé, n’est pas naturellement enclin à s’excuser pour les atrocités du Japon pendant la guerre. Par le passé, il a exaspéré les Chinois et les Coréens en visitant le temple de Yasukuni qui rend hommage aux morts japonais pendant la guerre, y compris des criminels. Ce qui motive Abe est l’amélioration de la sécurité du Japon. L’expansionnisme militaire de la Chine est la principale raison. Vient ensuite la perception que les États-Unis ne sont plus un protecteur aussi fort que par le passé. […] S’il existe un doute sur l’implication des États-Unis, alors le Japon et la Corée ont besoin l’un de l’autre. » Noah Feldman