• Le groupe américain General Electric a annoncé qu’il allait supprimer 6 500 emplois en Europe, dont 765 en France au sein des activités énergie d’Alstom qu’il a rachetées en novembre. L’industriel a précisé qu’il maintenait son engagement de garder en France au bout de trois ans 1 000 postes de plus qu’il n’en supprimerait.

  • Le ministère des Finances a annoncé que le taux du Livret A serait maintenu à 0,75 % lors de la réévaluation du 1er février même si la formule de calcul du taux théorique aurait dû le faire tomber à 0,5 %. Le taux du Plan épargne logement (PEL) passera, lui, de 2 % à 1,5 %.

  • Le gouvernement français a fait savoir qu’il contestait les critiques émises hier à propos de l’état d’urgence par le Conseil de l’Europe. Cet organisme intergouvernemental de protection des droits avait estimé que les pouvoirs accrus donnés aux préfets au détriment des juges après les attentats du 13 novembre donnent lieu à des « dérives » et représentent un « risque » pour la démocratie.

  • Le conseil départemental de l’Essonne a affirmé ne pas pouvoir verser l’aide sociale légale pour une partie de l’année 2015. Arrivé à la tête du département en mars, l’élu Les Républicains François Durovray accuse son prédécesseur socialiste d’avoir laissé une dette cachée de 108 millions d’euros, ce que celui-ci conteste.

  • L’Iran a libéré dix marins américains qu’il avait capturés hier dans ses eaux territoriales. Téhéran a déclaré que les militaires avaient été victimes d’une « panne de leur système de navigation » et que leur incursion en territoire iranien n’était « pas hostile » et « pas destinée à faire de l’espionnage ».