14 janvier 2016

Ça alors

On peut enfin faire ce qu’on veut avec des Lego

Pour acheter de grandes quantités de briques de construction en plastique Lego, il fallait jusqu’ici expliquer au fabricant danois à quoi elles seraient destinées. L’entreprise a annoncé hier qu’elle levait cette contrainte. En septembre, elle avait refusé de fournir l’artiste et dissident chinois Ai Weiwei, car elle ne voulait pas que ses produits servent à une œuvre politique. « Sidéré », le plasticien s’en était ému en postant sur son compte Instagram une photo de Lego jetés aux toilettes avec une référence à l’urinoir de Marcel Duchamp. De nombreux internautes avaient offert leurs briques à Ai Weiwei, qui a finalement réalisé une œuvre dédiée à la liberté d’expression avec des copies chinoises de Lego. L’artiste a qualifié le revirement de l’entreprise danoise de « petite victoire pour la liberté d’expression ».