19 janvier 2016

Tout s'explique

Premier recul de l’espérance de vie en France depuis 1969

Pourquoi ce recul en 2015 ?

L’Insee a publié ce matin son bilan démographique de l’année 2015. L’espérance de vie à la naissance s’établit à 78,9 ans pour les hommes (en diminution de 0,3 an) et 85 ans pour les femmes (-0,4 an). C’est la première fois qu’une baisse globale et significative est observée depuis 1969. Seules les femmes avaient vu leur espérance de vie baisser lors de la canicule de 2003 et lors de l’épisode de froid de 2012. L’Insee explique que 2015 a connu une hausse de mortalité causée par trois épisodes exceptionnels : canicule en juillet, vague de froid en octobre, épidémie de grippe en début d’année.

Comment l’espérance de vie est-elle calculée ?

L’espérance de vie à la naissance est une donnée exprimant le nombre moyen d’années qu’un nouveau-né peut espérer vivre, si les conditions de mortalité demeurent inchangées durant toute sa vie. Elle est obtenue grâce à la moyenne des taux de mortalité des personnes de 0 à 90 ans lors de l’année considérée. Cité par le Monde, le démographe Gilles Pison prévient : « Il ne faut pas se tromper quand on interprète cet indicateur. Cela ne veut pas dire que les enfants nés cette année vont vivre en moyenne 78,9 ans et 85 ans [€]. C’est le nombre d’années que vivrait en moyenne une génération fictive qui connaîtrait les conditions de mortalité de 2015. »

Comment la France se situe-t-elle au niveau mondial ?

Selon les données 2013 de l’OCDE, qui regroupe les 34 pays les plus développés, la longévité est la plus forte au Japon, en Espagne, en Suisse, en Italie et en France : dans ces cinq pays, l’espérance de vie à la naissance des hommes et femmes confondus (calculée pour 2013) dépasse les 82 ans. Les États-Unis se situent vers le bas du classement avec une espérance de vie à la naissance de 78,8 ans, soit la 28e place alors que le pays est numéro un pour les dépenses de santé par habitant. L’OCDE l’explique en partie par un taux d’obésité élevé. Une étude de la revue scientifique The Lancet, publiée en septembre, place trois pays africains dans les plus faibles espérances de vie au monde en 2013 : Lesotho (42 ans), Swaziland (43,9 ans), République centrafricaine (45,9 ans).