22 janvier 2016

Tout s’explique

Livres en rafale à droite

Que se reproche Nicolas Sarkozy dans son nouveau livre ?

Nicolas Sarkozy revient sur sa présidence. Le Figaro, qui publie aujourd’hui des extraits de son nouveau livre « La France pour la vie » (en librairie lundi), y a dénombré « 27 reconnaissances d’erreurs, 27 aveux de fautes commises ». Ce mea culpa touche d’abord le style et le caractère : la fameuse soirée au Fouquet’s le soir de l’élection ou la semaine de vacances sur le yacht de Vincent Bolloré. Nicolas Sarkozy reconnaît avoir « abaissé la fonction présidentielle » en répondant « Casse-toi, pauvre con » à un individu qui refusait de lui serrer la main. Il se reproche un caractère « trop anguleux » et perçoit « avec le recul » ce qu’il a pu avoir « d’exaspérant pour les autres ». Sur le fond de la politique et des réformes, il regrette ne pas être allé suffisamment loin, notamment sur l’ISF ou les 35 heures. Il dit également avoir changé d’avis sur le mariage pour tous, ne souhaitant plus « revenir en arrière ».

À quoi lui sert ce livre ?

Cette parution intervient dans un contexte difficile pour Nicolas Sarkozy. Élu président de l’UMP (devenue Les Républicains) en novembre 2014, il n’a pas déclenché la dynamique espérée. Il est distancé dans les sondages par Alain Juppé, candidat déclaré à la primaire de la droite. « Il y avait trop d’obstacles entre lui et les Français pour qu’il fasse l’impasse sur un mea culpa », estime le communicant Philippe Moreau-Chevrolet cité par le Huffington Post. Nicolas Sarkozy renoue ainsi avec une stratégie qui lui avait réussi en 2007, lorsqu’il avait déclaré « j’ai changé ». Toute la question est maintenant de savoir si cette confession sera interprétée comme un plaidoyer sincère ou une posture de communication. « Est-ce qu’il suffit de dire “je me suis trompé à peu près sur tout” pour avoir raison sur tout ? C’est la grande interrogation », a observé François Bayrou, détracteur régulier de l’ancien président.

Pourquoi l’édition est-elle un passage obligé pour chaque candidat ?

Alain Juppé a publié deux livres pour exposer son programme. Le deuxième, « Pour un État fort », lui a permis de se repositionner plus à droite. D’autres sont annoncés d’ici la fin de l’année. François Fillon, auteur de « Faire », s’est attribué un regain de popularité en mettant en avant ses chiffres de ventes. Bruno Le Maire publiera lui aussi un livre dans les prochaines semaines. Chacune de ces parutions est l’occasion de se rendre visible dans les médias : extraits publiés dans la presse, interviews à la radio et à la télévision. Nicolas Sarkozy sera ainsi l’invité de « Sept à huit » dimanche sur TF1.