23 janvier 2016

Lu et approuvé

Tinder à la campagne

  • Vous connaissez sans doute Tinder, l’appli mobile qui permet de rencontrer l’âme sœur d’une vie ou d’une nuit grâce à des recherches géolocalisées. En un clic, des photos d’hommes ou de femmes à proximité défilent sur l’écran de l’utilisateur qui peut d’un glissement de doigt exclure un profil ou en liker un autre. Le concept favorise les rencontres éclair dans les grandes villes. À la campagne, c’est une autre histoire. Un reportage du Monde M raconte le désespoir des jeunes Normands victimes de la fracture numérique qui tentent de zapper rapidement entre les profils de l’appli avec une seule barre de réseau, ou encore la déconfiture cruelle du célibataire qui se rend compte que la seule fille disponible dans un rayon de 2 kilomètres… est sa sœur. Du coup, les offres de prostitution déguisées pullulent sur le site. Il faut parcourir des kilomètres pour espérer rencontrer l’âme sœur, la vraie. Comme l’explique un utilisateur blasé : « À la campagne, ça nous coûte cher en essence de rencontrer des filles, alors il faut qu’elles vaillent le déplacement. »
  • Un interprète arabophone canadien chargé d’accueillir les réfugiés au Québec décrit dans le Devoir leur surprise et leur déception de se retrouver dans un environnement francophone alors qu'ils s'attendaient au « speak English ».
  • L’Obs raconte l’histoire spectaculaire de la collection « pour les nuls » : 20 millions d’exemplaires vendus dont peut-être celui de François Hollande, surpris en 2006 en train de lire « L’histoire de France pour les nuls » affalé dans un canot pneumatique.
  • Quatre fois par an, RFM soumet sa playlist musicale à un panel d’auditeurs qui les note de 1 à 100. Télérama explique que ce sont eux qui font temporairement revenir en grâce Alain Souchon ou disparaître Britney Spears. Mais l’actualité joue aussi : lorsque la télévision diffuse « Intouchables », RFM ressort « Boogie Wonderland » d’Earth, Wind & Fire.