26 janvier 2016

Ça peut servir

Je suis en r’tard, en r’tard

Vous vous l’étiez promis, vous aviez même mis votre réveil 10 minutes en avance, cette fois-ci c’était la bonne, vous seriez à l’heure à votre réunion d’équipe. Raté, vous êtes à la bourre de quinze minutes et vous débarquez rouge écarlate dans le bureau de votre n+1, après avoir perdu un poumon en sprintant dans les escaliers de la boîte. Et là, là, vous dégainez le top 3 de votre liste des meilleures excuses-c’est-pas-ma-faute-m’sieur-l’agent : mon taxi a perdu une roue / le chauffeur de bus était bourré / mon chat a mangé mes clés. Selon le psychologue Peter Bregman, sincère ou pas, votre excuse est inutile car elle ne fait qu’exprimer votre intention initiale de ne pas être en retard… Ce dont se fiche votre interlocuteur qui, lui, était à l’heure et a attendu. Plutôt que de vous justifier, excusez-vous des conséquences de votre retard : « Pardon d’abuser de votre temps », « pardon de t’avoir fait attendre ». Si votre interlocuteur a de l’humour, il vous répondra peut-être « aucun souci, un problème de chat ? »