• Refonte du Code du Travail. Lundi, l’ancien ministre de la Justice Robert Badinter a remis à Manuel Valls un rapport préalable à la refonte du Code du travail dans lequel il rappelle les 61 principes essentiels de la législation actuelle. « Robert Badinter a eu le courage de lancer le débat autour des limites du Code du travail actuel, selon Alexandre Saubot, vice-président du Medef chargé du pôle social. Mais nous sommes en train de transformer une chance historique d’avancer sur ce sujet en une nouvelle occasion manquée, voire une régression. »

  • Biens des migrants confisqués. Mardi, le Parlement danois a voté une loi permettant aux autorités de saisir les objets et les sommes en liquide appartenant aux migrants au-delà de 1 340 euros. « Saisir les biens des demandeurs d’asile envoie un message dommageable et risque d’alimenter des sentiments de peur et de discrimination plutôt que de promouvoir la solidarité avec des personnes ayant besoin de protection », a déclaré Zoran Stevanovic, représentant régional du Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations unies.

  • Conflit taxis contre VTC. Mardi, les chauffeurs de taxi ont lancé un mouvement de grève pour protester contre la concurrence des VTC, qu’ils jugent déloyale. Au troisième jour de la mobilisation, le gouvernement a annoncé des mesures contre les VTC ne respectant pas la loi (qui leur interdit de prendre des clients sans réservation). « Les plateformes qui refuseront de se conformer aux règles seront sanctionnées, devront cesser leur activité et fermer leur site au terme des procédures judiciaires qui seront lancées », a précisé Matignon dans un communiqué de presse.

  • Christiane Taubira démissionne. Mercredi, Christiane Taubira a annoncé sa démission du ministère de la Justice en raison d’un « désaccord politique majeur » le jour où Manuel Valls présentait le projet de loi introduisant la déchéance de nationalité dans la Constitution. « Madame Taubira parle peut-être bien, mais elle a relativement peu agi », a commenté Céline Parisot, secrétaire générale de l’Union syndicale des magistrats.

  • Contrats avec l’Iran. Jeudi, la visite à Paris du président iranien Hassan Rohani a permis à plusieurs entreprises, dont Airbus, PSA, Total et la SNCF, de signer leurs premiers contrats avec l’Iran depuis la levée des sanctions internationales le 16 janvier. « On peut parler à tout le monde, a réagi le député européen écologiste José Bové qui participait à une manifestation contre la répression des opposants politiques en Iran. Mais de là à faire passer les droits de l’homme au second plan pour vendre des bagnoles ! On lutte contre Daech, contre la logique du califat… Mais c’est la même chose ! »

  • Demande de grâce pour Jacqueline Sauvage. Vendredi, François Hollande a reçu les filles de Jacqueline Sauvage, qui demandent la grâce présidentielle pour leur mère, condamnée à 10 ans de prison pour le meurtre de son mari violent. « Nous ne pouvons qu’appeler le président de la République à dépasser sa frilosité républicaine concernant cette prérogative présidentielle et accorder la grâce à Madame Jacqueline Sauvage », a déclaré Eddie Aït, secrétaire général adjoint du Parti radical de gauche.