2 février 2016

Ça alors

Les paris coûteux d’Alphabet (alias Google)

La maison-mère de Google, Alphabet, a pour la première fois hier distingué les revenus dégagés par son cœur de métier (moteur de recherche, YouTube, Android) et ceux issus des investissements réalisés dans les technologies du futur (voitures autonomes, ballons stratosphériques offrant l’accès à Internet, domotique, rajeunissement des cellules, lentilles de contact pour diabétiques, etc.). Cette seconde division, baptisée « Autres paris », a ainsi perdu 3,6 milliards de dollars en 2015, quand les activités traditionnelles du groupe ont rapporté un bénéfice de 23 milliards. Cette politique de transparence, sous l’impulsion de la nouvelle directrice financière Ruth Porat, vise à rassurer les investisseurs. Elle a par ailleurs demandé à Google X une « gouvernance stricte ». C’est de ce laboratoire expérimental qu’étaient sorties les lunettes connectées Google Glass, un produit grand public abandonné en 2014.