5 février 2016

C’est leur avis

Pas de nouvelle orthographe sans adhésion populaire

À la rentrée scolaire, les manuels du primaire prendront en compte une réforme de l’orthographe recommandée par l’Académie française depuis 1990. Le linguiste Alain Rey estime dans 20 Minutes que ces préconisations, qui ne remettent pas en cause les anciennes règles, seront peu suivies.

« Le fait qu’il y ait deux normes crée beaucoup de confusion. […] Une réforme de l’orthographe ne peut fonctionner que si elle est acceptée par la communauté. L’exemple de l’Allemagne est à cet égard parlant : une réforme orthographique prônait la suppression des traits d’union. Mais cela a été un grave échec et les Allemands sont finalement revenus en arrière. En France, il est peu probable, par exemple, que les écrivains et les journalistes, qui sont attachés à la langue française, suivent ces nouvelles propositions. Hormis dans les manuels scolaires, je ne pense pas que cette réforme sera très appliquée. Et dans les écoles, seuls les enseignants modernistes vont adopter ces suggestions. » Alain Rey