9 février 2016

C'est leur avis

Une décision lourde prise à la légère

L’Assemblée nationale a voté hier soir l’inscription de l’état d’urgence dans la Constitution (103 députés pour, 26 contre, 7 abstentions). Mais ce sont surtout les 441 absents qui ont retenu l’attention et suscité l’indignation sur les réseaux sociaux. La députée écologiste Cécile Duflot, présente pour voter contre le texte, a dit sa tristesse à LCP.

« La tenue de ce débat est un peu triste. 441 parlementaires absents au moment où on constitutionnalise l’état d’urgence… C’est une décision lourde, grave, ça ne peut pas ne pas poser question. Ensuite, il y a la volonté d’abréger les débats, d’éviter que des questions un peu complexes se posent, donc je suis assez déçue par la manière dont on conduit un débat qui est un débat essentiel pour notre pacte fondamental. Réviser la Constitution, c’est changer notre pacte fondamental et le faire à la légère ou dans des conditions un peu heurtées me paraît être une erreur. » Cécile Duflot