• 3 mois, hier, une éternité. Les attentats du 13 novembre ont changé l’histoire française, mais d’abord bouleversé la vie des victimes et celles de leurs proches qui se battent pour se reconstruire. En lisant dans le Monde ce long portrait de Grégory, le patron survivant du bar « La Belle Équipe » qui a perdu la mère de sa fille et beaucoup d’amis, on n’a pas envie d’oublier.
  • Très cher Valentin. Comment rencontrer l’amour dans la Silicon Valley quand vous êtes le patron ou la patronne multimillionnaire débordé(e) d’une start-up à succès et parfois plus à l’aise en HTLM5 qu’en relations sociales ? Vous engagez une agence matrimoniale qui pour 50 000 dollars va chercher votre âme sœur. Le Guardian raconte l’histoire étonnante de ces marieuses de luxe pour les riches geeks solos.
  • « Si tu “snapes” pas, t’es un gros loser », nous a expliqué Luna, 13 ans, petite cousine de notre rédac chef-euh, avec le tranchant d’un Gillette Mach 3. Brave petite. Ne paniquez pas, même si l’appli, utilisée quotidiennement par plus de 100 millions de personnes, est loin d’être simple pour ceux qui sont en âge de voter. D’où cet excellent guide de survie d’un journaliste de BuzzFeed : Snapchat expliqué par les vrais djeuns.
  • Les imams de YouTube. Libération s’intéresse à cinq religieux et enseignants prédicateurs de l’islam dont les vidéos cumulent plus de 30 millions de vues. Du médiatique imam d’Ivry-sur-Seine Mohamed Bajrafil à son controversé confrère de Brest Rachid Abou Houdeyfa, leur communication léchée montre qu’ils ont su s’entourer : des vidéos de qualité professionnelle et un sens des codes d’Internet comme l’usage de titres accrocheurs (« Si tu veux te marier, avoir de l’argent et être heureux, ECOUTE! »)