18 février 2016

Tout s’explique

La Turquie accuse les Kurdes de l’attentat d’Ankara

À qui le gouvernement turc attribue-t-il l’attentat d’hier ?

Un attentat à la voiture piégée a eu lieu hier soir à Ankara, la capitale turque. Au moins 28 personnes sont mortes et 61 ont été blessées. Le Premier ministre Ahmet Davutoglu a affirmé que l’auteur de l’attentat était un Syrien de 23 ans infiltré en Turquie. Il a également accusé le PKK, l’organisation armée kurde qui agit principalement en Turquie, et les YPG, son équivalent opérant en Syrie, d’être responsables de l’attaque. Des hauts dirigeants du PKK et de la branche politique des YPG ont nié être à l’origine de l’attentat, tout en indiquant qu’il pouvait s’agir d’une « riposte aux massacres commis par la Turquie au Kurdistan ».

Quelles actions la Turquie mène-t-elle contre les Kurdes ?

Depuis le week-end dernier, l’artillerie turque bombarde à un rythme quotidien des positions tenues en Syrie par les milices YPG. Ces dernières avaient profité de l’offensive des forces de Bachar el-Assad dans la province d’Alep, appuyées par les raids aériens russes, pour prendre le contrôle de nouveaux territoires proches de la frontière turque. En réaction à l’attentat, la Turquie a bombardé hier soir des bases du PKK en Irak, non loin de la frontière syrienne.

Où en sont les relations internationales de la Turquie ?

Le vice-président américain Joe Biden a exhorté samedi la Turquie à cesser de frapper les Kurdes en Syrie, tout en demandant à ces derniers de ne pas profiter du conflit syrien pour s’emparer de nouveaux territoires. Les États-Unis et la Turquie sont alliés au sein de l’Otan, mais Washington soutient également les milices kurdes en Syrie dans leur lutte contre le groupe État islamique. La Turquie se sent également menacée par la Russie, avec laquelle elle entretient des relations exécrables depuis qu’un chasseur russe a été abattu par son armée. La Russie a des liens historiques avec le PKK et a installé la semaine dernière à Moscou une représentation des Kurdes syriens.