22 février 2016

Ça alors

Pékin veut laisser passer le vent

La municipalité de Pékin a annoncé samedi qu’elle souhaitait mettre en place des couloirs de ventilation pour lutter contre la pollution. Le projet consiste à aménager des artères de 500 mètres de large reliant les parcs, les cours d’eau et les autoroutes afin de permettre au vent de circuler et de chasser les particules fines qui empoisonnent l’atmosphère. En 2015, la capitale chinoise a connu 179 jours de pollution dépassant les seuils d’alerte. La ville a déclenché pour la première fois une « alerte rouge » en décembre, obligeant des usines à fermer temporairement et imposant une circulation alternée pour les voitures. Pékin a également commencé à démanteler les quatre centrales à charbon de son agglomération. La pollution aux particules fines a baissé de 6 % l’année dernière.