2 mars 2016

Ça alors

Le Brésil s’attaque à Facebook sur les communications privées

Le numéro deux de Facebook en Amérique latine a été placé hier en détention provisoire pour ne pas avoir respecté une demande de la justice brésilienne. Cette dernière exige depuis quatre mois d’accéder aux messages d’un utilisateur de sa filiale WhatsApp, dans le cadre d’une enquête pour trafic de drogue. Problème : le service de messagerie racheté par Facebook en 2014 ne stocke pas les messages de ses utilisateurs. Un porte-parole de Facebook a déclaré hier que la police avait arrêté son dirigeant pour obtenir « des informations que nous n’avons pas ». Cette arrestation intervient dans un climat tendu entre enquêteurs et entreprises des nouvelles technologies. Aux États-Unis, Apple refuse d’aider le FBI à accéder à l’iPhone d’un terroriste au nom de la vie privée de ses clients.