• Aide aux Calaisiens. Plusieurs centaines d’habitants de Calais ont manifesté à Paris pour que leur ville, qui abrite plusieurs milliers de migrants, soit reconnue « en état de catastrophe économique exceptionnelle ». Reçus à l’Élysée, ils ont obtenu la promesse qu’un « guichet unique » (numéro de téléphone et adresse e-mail) serait mis en place dès mardi pour permettre aux commerçants et chefs d’entreprise s’estimant en difficulté de demander un soutien fiscal.

  • L’État soutient EDF. Le ministre de l’Économie Emmanuel Macron a déclaré que l’État, en tant qu’actionnaire majoritaire, était « pleinement en soutien » de la direction d’EDF après la démission de son directeur financier. Celui-ci considère que le coûteux projet de construction de deux réacteurs EPR à Hinkley Point, en Angleterre, menace l’avenir économique du groupe.

  • Attentats en Tunisie. Plusieurs attaques terroristes ont tué ce matin 10 membres des forces de l’ordre et 7 civils à Ben Guerdane, en Tunisie, près de la frontière libyenne. 33 djihadistes sont morts dans l’assaut, qui n’a pas encore été revendiqué. Les autorités ont décrété un couvre-feu nocturne.

  • Négociations de paix compromises en Syrie. L’opposition syrienne a affirmé que la coalition rassemblant la Russie et le pouvoir de Damas avait « massacré » des dizaines de civils dans une attaque menée aujourd’hui dans la province d’Idlib, malgré le cessez-le-feu en vigueur depuis le 27 février. Elle a déclaré que cela pourrait remettre en cause sa participation aux négociations de paix que l’ONU doit organiser mi-mars à Genève.

  • Sommet UE-Turquie. Un sommet consacré à la crise migratoire se tient depuis ce matin à Bruxelles. L’Union européenne a invité la Turquie pour obtenir d’elle qu’elle empêche de laisser passer les migrants non éligibles au droit d’asile. Les discussions bloquaient à propos des contreparties.