8 mars 2016

Ça alors

Les dirigeants de banque britanniques menacés de prison

Une loi entrée en vigueur hier au Royaume-Uni fait encourir sept ans de prison aux dirigeants de banque ayant conduit leur établissement à la faillite. « Ce gouvernement a tiré les leçons du passé », a affirmé le ministre des Finances britannique George Osborne, en référence aux écarts de conduite de plusieurs organismes financiers ayant conduit à la crise de 2008-2009. De nombreuses banques avaient vendu à leurs clients des placements toxiques sans les avertir des risques encourus. Menacées de faillite, elles ont été redressées avec l’aide des contribuables, l’État britannique versant ainsi plus de 75 milliards d’euros pour sauver la Lloyds et la Royal Bank of Scotland. Si ces entreprises ont depuis dû payer des amendes pour dédommager leurs clients lésés, leurs dirigeants ont pour la plupart échappé aux sanctions.