10 mars 2016

C’est leur avis

Le gouvernement ne doit pas se réjouir trop vite

Alors que 1,2 million de personnes ont signé la pétition contre la loi El Khomri, seulement 224 000 à 450 000 sont descendues dans la rue hier pour demander son retrait. Le rédacteur en chef des Échos Daniel Fortin estime que cette première mobilisation ne préjuge pas de l’ampleur que pourrait prendre le mouvement.

« Pour la première journée de contestation contre la loi El Khomri réformant le droit du travail, ça n’est pas le raz-de-marée qu’annonçaient notamment les réseaux sociaux. Mais attention : il ne s’agit que d’un coup d’envoi. Chacun se souvient qu’en 2006, les mouvements anti-CPE avaient également démarré mezza voce. Ce qui est certain, c’est que ce premier tour de chauffe est suffisamment conséquent pour forcer le gouvernement à bouger fortement sur la loi. Afin de désamorcer le vrai test que sera la mobilisation à l’appel des syndicats, le 31 mars prochain. » Daniel Fortin