15 mars 2016

Tout s'explique

L’Église française touchée par plusieurs scandales pédophiles

Quelles affaires ébranlent le diocèse de Lyon ?

Deux affaires de pédophilie déstabilisent le diocèse de Lyon. Le Parisien a publié hier une demande d’audience au pape François envoyée par plusieurs victimes présumées d’un prêtre lyonnais. Le père Bernard Preynat a reconnu avoir abusé de nombreux enfants lorsqu’il encadrait des jeunes scouts dans les années 1980. Après avoir avoué une partie des faits à sa hiérarchie en 1991, il était tout de même resté en contact avec des enfants dans le cadre de ses fonctions religieuses. Ce matin, Le Figaro a révélé qu’un ancien scout accusait un deuxième prêtre lyonnais, Jérôme Billioud, pour des actes pédophiles remontant au début des années 1990. L’association La Parole libérée, qui défend les victimes présumées du père Preynat, a prévenu qu’une troisième affaire concernant un prêtre lyonnais serait bientôt révélée.

Pourquoi le cardinal Philippe Barbarin est-il mis en cause ?

L’association La Parole libérée a porté plainte le 4 mars contre le cardinal Philippe Barbarin pour « non-dénonciation de crime » et « mise en danger de la vie d’autrui ». L’archevêque de Lyon (depuis 2002) est visé depuis début février par une autre plainte pour « mise en danger de la vie d’autrui et provocation au suicide », déposée par l’homme qui dit avoir été victime du père Billioud. Il est reproché à Philippe Barbarin d’avoir couvert les prêtres et d’avoir tardé à les relever de leurs fonctions alors qu’il connaissait leur passé, ce qu’il a nié lors d’une conférence de presse organisée cet après-midi. Le Premier ministre Manuel Valls a demandé ce matin au cardinal de « prendre ses responsabilités ».

Quelle est la politique du pape François face aux cas de pédophilie ?

Le pape a encouragé l’an dernier les évêques ayant protégé des pédophiles à démissionner, tout en annonçant la création d’une instance interne pour les juger. Cette structure n’a en revanche pas vocation à saisir les autorités des pays où ont été commis les crimes. En outre, plusieurs associations de victimes dénoncent la présence du cardinal George Pell au poste de numéro trois du Vatican. Cet Australien a côtoyé pendant des dizaines d’années plusieurs prêtres condamnés dans des affaires pédophiles et nie en avoir eu connaissance.