21 mars 2016

Tout s'explique

La capture de Salah Abdeslam

Quelles sont les preuves de son implication dans les attentats de Paris ?

Arrêté vendredi soir à Bruxelles, Salah Abdeslam est le seul survivant des commandos terroristes du 13 novembre. Il a été inculpé samedi en Belgique pour « participation à des assassinats terroristes » et « participation aux activités d’un groupe terroriste ». Les enquêteurs veulent savoir quel était le niveau d’implication de celui qui est considéré par les enquêteurs comme le logisticien des attentats. C’est lui qui a loué en Belgique les deux voitures qui ont chacune transporté les deux groupes au Bataclan et au Stade de France. C’est encore lui qui a réservé l’hôtel dans lequel les terroristes ont logé avant les attaques. Les policiers tentent de savoir pourquoi il a abandonné une veste d’explosifs dans une poubelle à Montrouge.

Quand sera-t-il transféré en France ?

Les autorités judiciaires françaises ont émis samedi un nouveau mandat d’arrêt européen à l’encontre de Salah Abdeslam afin qu’il soit jugé en France. Ce mécanisme, qui n’est pas une extradition, permet aux autorités judiciaires d’un État européen de remettre une personne poursuivie aux autorités judiciaires d’un autre État. La Belgique ne compte pas s’y opposer : son ministre de la Justice a jugé « normal » samedi que « la justice française traite le cas ». La remise interviendra d’ici 90 jours au maximum, a prévenu le procureur de Paris, le temps que la défense de Salah Abdeslam épuise tous les recours.

Quels sont les autres suspects encore recherchés ?

Le procureur fédéral belge a prévenu que l’enquête n’était pas finie et que d’autres individus étaient recherchés. Parmi eux, Najim Laachraoui, dont l’ADN a été retrouvé sur des ceintures ayant explosé le 13 novembre et dans l’appartement bruxellois où a séjourné Salah Abdeslam après les attentats. Reste aussi Mohamed Abrini, suspecté d’avoir séjourné en Syrie et filmé par une caméra de surveillance au volant d’une des voitures ayant servi aux attentats. Deux frères, Khalid et Ibrahim El Bakraoui, sont également recherchés pour avoir loué l’appartement où s’est caché Salah Abdeslam après le 13 novembre.