21 mars 2016

Ça alors

Un nom à consonance arabe est-il un frein à l’embauche ?

Le gouvernement va tester 20 à 50 grandes entreprises de plus de 1 000 salariés en leur envoyant des faux CV, a annoncé à France Info l’instance coordonnant la lutte contre les discriminations au travail. Le but sera de vérifier si les noms à consonance arabe sont victimes de discrimination à l’embauche. Pour un même profil, deux CV seront envoyés : l’un à consonance arabe et l’autre à consonance française. L’opération démarrera début avril et les résultats seront connus en septembre. Une étude commandée en 2007 par les services du Premier ministre avait déjà démontré qu’un candidat avec un prénom à consonance française devait envoyer trois fois moins de CV pour décrocher un travail qu’un candidat de nationalité française avec un nom à consonance arabe. Le gouvernement avait promis cette initiative en mai 2015 alors qu’il faisait voter par l’Assemblée nationale l’abandon du CV anonyme, jugé « inefficace ».