29 mars 2016

C'est leur avis

La différence d’intérêt pour les attentats

Des utilisateurs de Facebook et Twitter ont reproché aux médias de ne pas s’intéresser autant à l’attentat ayant tué au moins 72 personnes à Lahore, au Pakistan, dimanche qu’à celui de Bruxelles. Pour Martin Belam, responsable des réseaux sociaux au Guardian, c’est aussi la faute des lecteurs.

« J’ai été frappé par le fait que, bien que nous ayons fait la une du site avec plusieurs articles sur les attentats de Lahore, ce n’était pas notre article le plus lu. En fait, Lahore ne figurait même pas parmi les cinq plus lus. […] Par comparaison, le jour des attentats de Bruxelles, cinq des dix récits les plus consultés sur le site étaient à propos de Bruxelles. […] Les réseaux sociaux sont pleins de gens accusant les médias de ne pas couvrir les événements de Lahore avec la même profondeur que celle accordée à Bruxelles. Mais collectivement, nous ne semblons pas être capables de faire en sorte que les gens veuillent lire cette couverture avec la même profondeur. » Martin Belam