30 mars 2016

Ça alors

En Iran, la prison contre la déscolarisation

Selon une loi entrée en vigueur la semaine dernière en Iran, les parents qui n’envoient pas leurs enfants à l’école pourront désormais être condamnés à trois mois de prison ferme et 250 euros d’amende. Les autorités iraniennes ont annoncé que 4,5 millions d’enfants n’allaient pas à l’école dans un pays qui compte 18 millions de mineurs de moins de 15 ans. La plupart des jeunes déscolarisés le sont en raison de la pauvreté de leurs parents, qui les envoient travailler dans les usines ou comme vendeurs de rue ambulants. Alors que près de 15 % de la population iranienne ne sait ni lire ni écrire, le gouvernement a également déposé au Parlement un projet visant à priver les illettrés de certaines aides sociales et du droit d’obtenir le permis de conduire. Plusieurs députés ont toutefois annoncé qu’ils ne voteraient pas cette mesure « discriminatoire ».