29 avril 2016

Tout s'explique

Selon les indicateurs économiques, la France va mieux

Quelles sont les bonnes nouvelles ?

L’Insee a annoncé ce matin une croissance en hausse de 0,5 % au premier trimestre par rapport à la même période l’an dernier. C’est un peu mieux que ce qu’avait anticipé l’organisme statistique public (0,4 %). Cette hausse s’explique principalement par le rebond de la consommation des ménages, dont l’augmentation n’a jamais été aussi forte depuis 2004 (1,2 % au premier trimestre). D’autres bonnes nouvelles [€] ont également été publiées cette semaine : les mises en chantier de bâtiments neufs sont en hausse de 3 % sur un an, le groupe militaire DCNS a remporté un contrat de 34 milliards d’euros avec l’Australie, le chômage a enregistré une chute spectaculaire de 60 000 personnes (-1,7 %) en mars.

Cela se ressent-il dans la vie quotidienne ?

Pas encore. Pour que les ménages consomment et dynamisent la croissance, il faut qu’ils croient en l’avenir. L’indicateur mesurant leur moral est donc un élément clé pour évaluer le niveau à venir de la consommation. Les données publiées mercredi par l’Insee démontrent qu’il est resté stable en avril pour le troisième mois consécutif. Il est revanche à un niveau encore faible, remontant doucement après avoir connu un plus bas historique mi-2013. L’Insee estime que les ménages ne souhaitent pas consommer davantage en raison des craintes suscitées par le chômage.

À partir de quand pourra-t-on considérer que le pays n’est plus en crise ?

L’indicateur principal qui permettra de parler de sortie de la crise est le chômage. Si l’importante baisse annoncée mardi donne des raisons de se réjouir, son niveau est encore parmi les plus hauts jamais enregistrés en France (3,5 millions de personnes n’ont aucune activité). Par ailleurs, une seule baisse mensuelle ne permet pas d’affirmer que l’inversion de la courbe est en cours. Traditionnellement, il est d’usage d’attendre trois mois consécutifs de hausse ou de baisse pour estimer qu’une tendance économique se dessine.