2 mai 2016

Tout s’explique

Le Venezuela forcé d’économiser l’énergie

Comment la vie des Vénézuéliens est-elle affectée ?

Le gouvernement a pris plusieurs mesures ces derniers jours pour économiser l’électricité. Mardi, il a ordonné que les fonctionnaires ne travaillent plus que le lundi et le mardi, tout en conservant leur salaire. Cette mesure renouvelable a été instaurée pour 15 jours. Ce week-end, le pays a changé de fuseau horaire pour que la population se lève 30 minutes plus tôt et profite davantage de la lumière du jour. Depuis une semaine, le courant est coupé quatre heures par jour dans les dix États les plus peuplés (sur 24) hormis à Caracas. Les plus gros consommateurs du pays, comme les hôtels, doivent pourvoir eux-mêmes à leurs besoins neuf heures par jour.

À quoi cela est-il dû ?

Le Venezuela tire 70 % de son électricité de la centrale hydroélectrique de Guri. Or, le phénomène climatique El Niño a entraîné une sécheresse inédite et réduit au minimum sa réserve d’eau, explique le gouvernement. L’opposition dénonce quant à elle un manque d’investissements sur le réseau électrique depuis plusieurs années. Le Venezuela est également frappé par la chute des prix du pétrole, le pays tirant 96 % de ses revenus de la vente d’hydrocarbures. Enfin, le pays est confronté à une très forte hausse de l’inflation (180,9 % en 2015 et le FMI prévoit 700 % en 2016), engendrée par la création monétaire et plusieurs hausses du salaire minimum.

Le pouvoir du président Maduro est-il fragilisé ?

Le président socialiste Nicolas Maduro est menacé par un projet de référendum réclamant sa destitution. Pour lancer le processus, l’opposition doit recueillir au moins 195 721 signatures (1 % de l’électorat), mais assure en avoir déjà collecté 2,5 millions, qu’elle déposera d’ici demain. Il n’est pas certain que le référendum aura bien lieu, car plusieurs étapes sont encore nécessaires : 20 % de l’électorat doit signer et laisser une empreinte digitale, notamment. La Constitution vénézuélienne implique également qu’un référendum de destitution récolte plus de voix que ce que le président avait réuni lors de son élection. Nicolas Maduro a été élu en 2013 avec 7,5 millions de voix, soit 50,62 % des suffrages. L’opposition redoute que le processus soit ralenti par les coupures d’électricité et l’activité réduite de l’administration.