4 mai 2016

Tout s’explique

Trump assuré d’être le candidat républicain

Pourquoi Donald Trump est-il certain de remporter la primaire ?

Donald Trump a remporté hier soir l’État de l’Indiana face à son principal concurrent Ted Cruz, dans le cadre de la primaire républicaine en vue de l’élection présidentielle de novembre. Le sénateur du Texas a annoncé son retrait [€] peu après la proclamation des résultats. Donald Trump est désormais quasi certain de rassembler les 1 237 délégués nécessaires pour être désigné (il en compte 1 048) : seul adversaire encore en course, John Kasich n’a récolté jusqu’ici que 153 délégués et devrait annoncer son désistement ce soir, selon plusieurs médias américains. 445 délégués sont encore en jeu. Neuf États doivent encore voter jusqu’au 7 juin.

Est-il capable d’unifier le parti avant l’élection de novembre ?

Le Parti républicain entre dans une seconde phase qui doit conduire à son unification avant d’affronter le candidat démocrate en novembre. Le chef du parti, Reince Priebus, a appelé hier à se rassembler derrière Trump pour battre Hillary Clinton. Mais cette communion est loin d’être actée, tant les Républicains semblent divisés. Ted Cruz s’est gardé hier d’évoquer son soutien éventuel. Plusieurs élus et médias conservateurs considèrent que Trump ne représente pas les valeurs du parti et n’a aucune chance de remporter la présidentielle. Plusieurs Super PAC républicains (des comités d’action politique dont l’activité principale consiste à financer des publicités négatives contre leurs adversaires politiques) ont annoncé qu’ils continueraient à produire au moins jusqu’à la fin des primaires des spots dénonçant l’écart entre le milliardaire et les valeurs conservatrices.

De quel électorat Trump a-t-il les faveurs ?

Selon les sondages réalisés à la sortie des urnes, ses électeurs sont plutôt blancs, peu diplômés et craignent les effets de la mondialisation. Ils ne sont toutefois pas majoritairement issus de la classe ouvrière, selon le statisticien et ancien journaliste du New York Times Nate Silver. Donald Trump fédère aussi les Américains qui rejettent les professionnels de la politique : il n’a jamais exercé de mandat et se présente comme insensible aux lobbys grâce à sa fortune personnelle. Il commence également à marquer des points auprès de l’électorat religieux. L’Indiana est un État acquis à la cause évangéliste et a massivement voté pour lui. Ses points faibles résident dans le vote des femmes et des Latinos, en direction desquels il a multiplié les attaques ces derniers mois.