• Méthode forte. Le candidat de centre gauche Rodrigo Duterte a remporté l’élection présidentielle aux Philippines, avec une telle avance que ses principaux rivaux ont reconnu leur défaite sans attendre les résultats officiels. Le vainqueur a fait campagne en promettant de lutter contre la pauvreté et les inégalités, mais aussi de tuer des dizaines de milliers de dealers et de criminels. Les Philippines ont pourtant aboli la peine de mort en 2006.

  • Bon, d’accord. Le président de la chambre des députés brésilienne Waldir Maranhao a annoncé ce matin qu’il approuvait finalement le vote du 17 avril qui avait lancé la procédure de destitution de la présidente brésilienne Dilma Rousseff. Il avait décidé de l’annuler hier sur des soupçons d’irrégularités. Le vote prévu demain au Sénat est maintenu et pourrait écarter Dilma Rousseff du pouvoir pendant 180 jours avant une possible destitution définitive.

  • Union à gauche. La formation de gauche radicale espagnole Podemos a signé hier soir un pré-accord d’alliance avec le parti Izquierda Unida (« Gauche unie ») en vue des élections législatives du 26 juin. Les deux formations espèrent ainsi dépasser le Parti socialiste espagnol, qu’elles auraient devancé si elles avaient cumulé leur nombre de voix lors des précédentes élections en décembre.

  • Dieudonné encore condamné. Le tribunal correctionnel de Paris a condamné le polémiste Dieudonné à deux mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende pour injure raciale et provocation à la haine au cours de son avant-dernier spectacle, « La Bête immonde ». L’humoriste a été condamné une dizaine de fois pour des propos allant de l’antisémitisme à l’apologie du terrorisme.