30 mai 2016

Ça alors

Les compagnies aériennes se détournent du Venezuela

Nouvelle conséquence de la crise qui frappe le Venezuela, la compagnie aérienne allemande Lufthansa a annoncé hier qu’elle suspendrait ses vols à destination de Caracas à partir du 17 juin. L’entreprise justifie ce choix par la faible demande, notamment de la part des voyageurs en classe affaires, alors que le pays est touché par la chute des prix du pétrole, son unique marchandise exportable. Lufthansa précise que le contrôle des changes en vigueur au Venezuela motive également sa décision : le pays indexe sa monnaie sur le dollar pour en maintenir artificiellement la valeur, mais personne n’accepte plus les bolivars sur le marché international. Plusieurs compagnies ont réduit leurs liaisons avec le pays ou exigent des paiements dans une autre monnaie, dont Air France. TAP Portugal explique qu’une partie du déficit qu’elle a enregistré en 2015 est liée à ses avoirs bloqués au Venezuela.