2 juin 2016

Ça alors

Les longs séjours dans l’espace nuisent à la santé

L’astronaute américain Scott Kelly, qui détient le record du plus long séjour dans l’espace (340 jours) a révélé la semaine dernière à quel point cette expérience avait pesé sur sa forme physique. Lors d’une conférence devant des membres de la Nasa, l’agence spatiale américaine, il a déclaré que les deux heures d’exercice quotidien auxquels il était astreint n’avaient pas suffi à éviter que ses muscles s’atrophient. De retour depuis trois mois, il explique que sa vue a été troublée par une exposition quotidienne à « 10 fois plus de radiations que sur Terre » qui a augmenté son risque de développer un cancer. Le cas de Scott Kelly doit permettre d’anticiper les conséquences des futurs longs séjours dans l’espace que représenteront les voyages vers Mars (au moins six mois). Le milliardaire sud-africain Elon Musk a annoncé hier vouloir y envoyer des humains dès 2024.