6 juin 2016

Tout s'explique

Percée du Mouvement 5 étoiles à Rome

Comment expliquer son succès à Rome ?

Virginia Raggi, candidate du Mouvement 5 étoiles (M5S), est arrivée en tête hier à Rome au premier tour des élections municipales. Elle a obtenu 35 % des suffrages, devançant le candidat du Parti démocrate, la formation de centre gauche du président du Conseil Matteo Renzi (25 %). Virginia Raggi, avocate de profession, a fait campagne sur le thème de l’honnêteté en politique et promet la fin de la corruption. Rome est sous tutelle d’un préfet depuis septembre. Le précédent maire issu du Parti démocrate a été contraint à la démission en octobre après un scandale de notes de frais. Son prédécesseur avait été mis en examen dans une affaire de corruption des services publics.

Qu’est-ce que le Mouvement 5 étoiles ?

Cette formation politique a été créée en 2009 par l’humoriste Beppe Grillo. Elle rejette les partis politiques traditionnels et assure que ses candidats, issus de la société civile, sont incorruptibles. Son programme est varié : instauration d’un revenu universel, référendum sur la sortie de l’euro, non-cumul des mandats, etc. Beppe Grillo s’est plusieurs fois démarqué par ses déclarations agressives à l’égard des migrants ou des Roms. Mi-mai, il a ironisé lors d’un spectacle sur l’enthousiasme suscité par le nouveau maire musulman de Londres Sadiq Khan : « Je veux voir les réactions quand il va se faire péter à Westminster. » Son parti a le soutien de la Ligue du Nord (extrême droite) pour le second tour à Rome.

Quels sont les autres résultats des élections municipales ?

Le Parti démocrate est en ballottage favorable à Milan, Turin et Bologne, mais n’a pas réussi à se qualifier pour le second tour à Naples. Ce premier tour place la formation de Matteo Renzi en recul un peu partout. Ses réformes libérales, notamment du marché du travail, ont contribué à lui faire perdre une partie des électeurs de gauche. La droite est largement battue dans les grandes villes à l’exception de Naples et Milan. Matteo Renzi n’a pas commenté les résultats, expliquant qu’ils reflétaient des problématiques locales. Il se dit concentré sur le référendum d’octobre portant sur une réforme de la Constitution. Il a annoncé qu’il démissionnerait en cas de rejet.