9 juin 2016

Ça alors

​Mettre fin au règne de la rascasse

L’Association des États de la Caraïbe, une organisation de coopération entre les pays de la région, s’est réunie samedi. Parmi les sujets abordés, la prolifération du plus gros prédateur de ses mers : la rascasse. Cet animal, également appelé poisson-lion, est doté d’épines venimeuses, mais n’est pas mortel pour les humains. Sa présence dans les mers caribéennes depuis le milieu des années 1990 perturbe l’écosystème local et contraint de nombreuses espèces à fuir. Certains scientifiques expliquent sa présence par une introduction accidentelle de la part de l’homme, car ce poisson est originaire de la zone Indo-Pacifique. Pour réduire sa population, les gouvernements de Cuba, du Costa Rica, de la Colombie et des Bahamas incitent, via des campagnes de communication, la population à pêcher la rascasse et à la manger. À Cuba, un tournoi de pêche est organisé chaque année.