10 juin 2016

Tout s’explique

Les fan zones au cœur du dispositif de l’Euro

À quoi servent ces lieux ?

Les fan zones sont des lieux spécialement réservés aux supporters de football dans le cadre de l’Euro qui débute ce soir en France. Chacune des dix villes hôtes accueillant des rencontres a la sienne. À Paris, elle se situe aux pieds de la tour Eiffel et peut accueillir jusqu’à 92 000 personnes. Ces espaces sont recommandés par l’UEFA, la fédération européenne de football, depuis l’édition 2008. Ils visent à limiter les débordements en concentrant les supporters dans un lieu surveillé. Divers services sont proposés : concerts, buvettes et retransmissions des matches sur écran géant. L’accès est gratuit et ouvert jusqu’à minuit les jours de match. La gestion du site parisien a été confiée au groupe Lagardère.

Comment la sécurité y est-elle assurée ?

Depuis les attentats de janvier et novembre 2015, la sécurité des fan zones est devenue cruciale. L’espace est clos et des fouilles sont réalisées à l’entrée. À Paris, où 46 caméras de surveillance ont été installées, le public devra se plier à deux contrôles : l’un réalisé par les forces de l’ordre, puis un second par des agents de sécurité privée. 1 450 personnes seront mobilisées sur le site pour en assurer la sécurité. Le préfet de police de Paris a plaidé en vain, fin mai, pour la fermeture de la fan zone les jours de matches au Stade de France ou au Parc des Princes pour éviter une dispersion des forces de l’ordre.

Est-il prévu quelque chose pour les drones ?

Les autorités craignent l’utilisation de drones transportant des explosifs ou des produits toxiques. Le directeur de la sécurité pour l’Euro a annoncé mi-mai qu’un dispositif particulier serait en place pour la compétition. S’il n’a pas donné plus de précisions, une entreprise choisie par l’État pour élaborer des solutions d’interception de petits engins volants a détaillé son savoir-faire dans Sciences et Avenir. L’un de ses responsables explique qu’un réseau de caméras infrarouges permet de repérer des objets à plus de 1 000 mètres. La neutralisation peut être effectuée en perturbant les échanges entre l’appareil et la télécommande de son utilisateur, via des champs électromagnétiques. Une prise de contrôle de l’engin par piratage informatique est également possible.