11 juin 2016

On revient au début

La dynastie Clinton

Après son mari Bill, Hillary Clinton revendique depuis mardi soir l’investiture démocrate à la présidentielle américaine. Quelle est l’histoire de ce couple ? Comment a-t-elle traversé les deux mandats présidentiels de son mari ? Leur fille marche-t-elle dans leurs pas ?

Qu’est-ce qui définit une dynastie politique dans une démocratie ?

Une dynastie désigne une suite de personnes célèbres de la même famille exerçant les mêmes activités. Au niveau politique, les plus plus connues des États-Unis sont celles qui ont placé plusieurs membres à la Maison-Blanche. « Pour que ça marche vraiment bien, il faut que le nom soit “magique”, que le prédécesseur soit passé à la postérité et que le successeur puisse donner l’idée de pouvoir perpétuer quelque chose », explique Thomas Snégaroff, historien spécialiste des États-Unis et auteur de « Bill et Hillary Clinton : le mariage de l’amour et du pouvoir » (2014).

Hormis les Clinton, quelles sont les grandes familles de politiciens ?

La plus ancienne est celle de John Adams, second président des États-Unis (1797-1801). Son fils John Q. Adams s’est aussi installé à la Maison-Blanche (1825-1829). Les Harrison y ont également placé un père et un fils au XIXe siècle. Deux Roosevelt ont ensuite été élus : le Républicain Theodore (1901-1909) et son cousin éloigné le Démocrate Franklin (1933-1944). Les Kennedy ont eu un président (John, 1961-1963), un sénateur et candidat à l’élection présidentielle de 1968 (Robert) et un autre sénateur (Edward). Les Bush ont eu deux présidents : George H. W. Bush (1989-1993) et son fils George W. Bush (2001-2009). Le cadet Jeb a été candidat aux primaires républicaines cette année.

Quels sont les avantages et inconvénients de porter un nom célèbre ?

Les campagnes présidentielles américaines sont longues et coûteuses pour les candidats, qui doivent lever des millions de dollars pour les financer. Un nom associé à un ancien président assure un réseau en place et des donateurs qui n’ont pas peur d’investir. Jeb Bush et Hillary Clinton n’ont eu aucun mal à lever des fonds en 2015 pour leurs primaires respectives. A contrario, les candidats ne peuvent effacer le passé politique de leur prédécesseur. Jeb Bush a dû assumer l’héritage de la guerre en Irak lancée par son frère.

Quelle est la carrière d’Hillary ?

Hillary Rodham est née en 1947 dans un milieu aisé, qui l’oriente d’abord vers le Parti républicain. L’élection de Richard Nixon en 1968 la détourne des conservateurs, comme elle le raconte dans une première autobiographie parue en 2003. Hillary rencontre son mari à l’université de Yale dont elle sortira diplômée en droit. Elle entreprend une carrière d’avocate et refuse de quitter son activité lorsque Bill devient gouverneur de l’Arkansas. Pendant les deux mandats de son mari à la Maison-Blanche, elle participe activement aux décisions. Hillary est élue sénatrice de l’État de New York en 2000 lorsqu’il quitte la Maison-Blanche. Elle échoue ensuite à se faire investir par les Démocrates en vue de l’élection présidentielle de 2008. Elle perd face à Barack Obama, mais devient sa secrétaire d’État lors de son premier mandat, l’équivalent du ministre des Affaires étrangères.

Que retient-on des deux mandats de Bill Clinton ?

La présidence de Bill Clinton est marquée par une période de forte croissance et l’absence de guerre. L’armée américaine intervient néanmoins à Haïti pour empêcher un coup d’État, puis, sous le commandement de l’Otan dans les guerres de Yougoslavie et du Kosovo. Bill Clinton est à l’initiative des accords d’Oslo. Ces négociations menées en 1993 ont donné l’espoir d’une résolution du conflit israélo-palestien, mais le plan de paix n’a jamais abouti. Il a également joué un rôle dans l’apaisement des tensions en Irlande du Nord après 30 ans de troubles. Bill Clinton laisse le pays en meilleur état qu’il ne l’était lorsqu’il est arrivé au pouvoir : chômage au plus bas depuis 30 ans, recul de la pauvreté, inflation faible. Il est néanmoins fortement critiqué par la gauche de son parti pour avoir participé à la dérégulation du système financier.

Mais encore…

Bill Clinton a eu des relations sexuelles avec une stagiaire de Maison-Blanche, Monica Lewinsky, entre 1995 et 1997. L’affaire est révélée en 1998 dans le cadre du procès d’une ancienne collaboratrice de Bill Clinton qui l’accusait de harcèlement sexuel. Le président a nié les faits en direct à la télévision, mais Monica Lewinsky a apporté la preuve de cette relation en fournissant des traces d’ADN sur une robe, contraignant le président à avouer les faits. Il évite de peu une destitution pour avoir menti au peuple américain. Hillary Clinton n’a jamais cessé de soutenir son mari pendant l’affaire. L’histoire du couple est également marquée par le scandale Whitewater, une fraude financière dans des investissements immobiliers réalisés dans les années 1970-1980. Les Clinton n’ont pas été condamnés, au contraire de leurs partenaires d’affaires.

Quel est le bilan politique d’Hillary Clinton ?

Une partie des Démocrates lui reproche son vote en faveur de l’invasion de l’Irak en 2002. D’autres blâment son réseau de donateurs qui la rendraient dépendante des intérêts des plus riches. La droite conservatrice a longtemps été virulente à son égard, critiquant l’influence qu’elle avait sur son mari lorsqu’il était président : elle a notamment été chargée de porter une réforme de l’assurance maladie en 1994, une mission inédite pour une Première dame qu’elle ne parviendra pas à mener à bien. En tant que secrétaire d’État, sa responsabilité est mise en cause dans la mort en 2012 de l’ambassadeur américain en Libye. Elle est également au cœur d’une polémique concernant ses correspondances du temps où elle occupait cette fonction. Contrairement au règlement, elle a utilisé sa messagerie personnelle plutôt qu’un système sécurisé. Sa communication très contrôlée lui donne souvent l’image d’une femme froide éloignée du peuple.

Sur quelle voie leur fille Chelsea s’est-elle engagée ?

Chelsea Clinton, 36 ans, est l’unique enfant du couple. Elle est diplômée en relations internationales et occupe depuis 2013 la vice-présidence de la Fondation Clinton, l’ONG à but humanitaire créée par son père à la fin de son second mandat. Elle s’est engagée dans la première campagne de sa mère en vue de décrocher l’investiture démocrate en 2008. Chelsea est conseillère d’Hillary dans le cadre de sa seconde campagne. Interrogée fin 2015 sur un éventuel avenir politique, elle a répondu : « J’ai de la chance d’être dans un pays où je soutiens ceux qui me représentent, mais si à un moment donné ce n’était plus le cas, je devrai me poser la question. »