15 juin 2016

C'est leur avis

Le mythe du « loup solitaire »

Expert en intelligence stratégique, Éric Delbecque ne voit pas dans l’attentat d’Orlando ce week-end ou dans la tuerie de Magnanville lundi soir l’action de « loups solitaires » autoradicalisés [€]. Sur le site du Monde, il dénonce cette explication trop souvent entendue selon lui.

« L’EI se livre depuis plusieurs années (comme d’autres mouvances salafistes djihadistes, et plus généralement radicales) à un intense travail de propagande et de communication d’influence qui vise à faire basculer des personnes susceptibles de se jeter dans la violence. On ne peut donc pas dire de façon rigide que l’on lutte contre des loups solitaires, ­lorsqu’un attentat a lieu, simplement parce qu’il n’existe qu’un seul exécutant, qu’un seul tireur ou qu’un seul poignardeur. On fait face à une chaîne de responsabilités : la première parmi celles-ci étant la dynamique d’endoctrinement opérée par des individus et des groupes radicalisés. » Éric Delbecque