21 juin 2016

Ça alors

Rio en plein marasme à quarante jours des JO

L’État de Rio de Janeiro au Brésil a décrété vendredi l’état de « calamité publique », l’autorisant à renégocier des contrats et diminuer les salaires des fonctionnaires. Victime de la récession qui touche le pays (-3,8 % en 2015) et de la chute des cours du pétrole, Rio peine à boucler les travaux prévus pour accueillir les Jeux olympiques qui commenceront le 5 août. Le président brésilien par intérim Michel Temer doit débloquer 750 millions d’euros pour terminer la ligne de métro devant relier le village olympique au centre-ville. Elle devait être inaugurée le 1er juillet, mais risque de ne pas être prête pour le début de la compétition. L’aide fédérale doit également servir à payer les salaires des policiers, dans un État où le nombre d’homicides a augmenté de 15 % lors des quatre premiers mois de l’année par rapport à l’an dernier.