• Le chômage repart à la hausse. Après deux mois consécutifs de baisse, le nombre d’inscrits à Pôle emploi en catégorie A a augmenté de 0,3 % au mois de mai, soit 9 200 personnes. Le gouvernement précise toutefois que ce chiffre est en baisse de 2 % sur les trois derniers mois et de 1 % sur un an.

  • Le siège de la CFDT vandalisé. La CGT a condamné ce matin les actes de vandalisme perpétrés hier soir contre le siège de la CFDT à Paris. Une centaine d’opposants au projet de loi Travail avaient brisé des vitres des bureaux du syndicat, qui soutient la réforme, et inscrit en lettres rouges sur la façade « C’est fini de trahir ».

  • 11e manifestation. Les syndicats demandant le retrait de la loi El Khomri ont déposé une demande pour pouvoir manifester mardi à Paris entre la place de la Nation et la place d’Italie, dans le sud-est de Paris. « Rendez-vous a été pris lundi matin avec la préfecture pour obtenir une réponse », a précisé Pascal Joly, secrétaire général de la CGT Île-de-France.

  • Fraude fiscale. Le Conseil constitutionnel a débouté l’ancien ministre des Finances Jérôme Cahuzac qui estimait ne pas pouvoir être à la fois poursuivi pénalement et sanctionné fiscalement pour avoir dissimulé 687 000 euros d’avoirs à l’étranger. Les Sages ont fait savoir qu’un tel cumul était possible « dans les cas de fraude les plus graves ». Suspendu en février, le procès de l’ancien ministre reprendra le 5 septembre.

  • Région renommée. Les élus de la région issue de la fusion de Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées ont voté à 85 voix contre 60 pour que le nouvel ensemble soit baptisé Occitanie, avec « Pyrénées-Méditerranée » en sous-titre. Le nouveau nom était sorti nettement en tête d’une consultation citoyenne à laquelle avaient participé un peu plus de 200 000 personnes. Toulouse a de son côté largement remporté le vote pour la désignation du chef-lieu.

  • Sanders votera Clinton. Après avoir reconnu mercredi qu’il ne serait probablement pas investi par le Parti démocrate pour la présidentielle américaine, Bernie Sanders a déclaré qu’il voterait pour sa rivale Hillary Clinton lors de l’élection de novembre. Il n’a cependant pas ajouté qu’il pousserait ses soutiens à faire de même. « Je ne l’ai pas encore entendue dire ce qui doit être dit », a-t-il précisé en référence à ses propres thèmes de campagne comme la gratuité de l’université ou le salaire minimum à 15 dollars.