• Victoire des pro-aéroport. Les électeurs de Loire-Atlantique se sont prononcés dimanche à 55,17 % en faveur de la construction d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes à l’issue d’une consultation locale décidée pour débloquer un projet enlisé depuis plusieurs décennies. « Plus on va se rapprocher de l’élection présidentielle, plus l’évacuation va être difficile pour le gouvernement », analyse sur France Info le spécialiste de l’aménagement du territoire Philippe Subra.

  • La droite espagnole renforcée. Le Parti populaire (PP) du chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a remporté dimanche les élections générales en Espagne avec 137 sièges contre 85 au Parti socialiste et 71 à l’alliance de Podemos et de la coalition de gauche radicale Izquierda Unida. Comme après le précédent vote en décembre, des alliances sont nécessaires, aucun parti ne pouvant gouverner seul. Le PP sort toutefois renforcé en ayant gagné 14 sièges depuis l’élection précédente. « Rajoy a fait le pari de l’épuisement à gauche, du fait d’une nouvelle offre trop nombreuse, et il a eu raison. L’image de l’incertitude, presque du chaos, était à gauche, celle de la stabilité à droite », analyse la politologue spécialiste de l’Espagne Barbara Loyer.

  • Attentat en Turquie. Un triple attentat-suicide a fait 43 morts mardi à l’aéroport international d’Istanbul. Il n’a pas été revendiqué, mais les autorités turques pointent la responsabilité du groupe État islamique. « Depuis 2011, Erdogan a une obsession : renverser le régime de Bachar el-Assad. Il a pour cela fait preuve de complaisance à l’égard de Daech, analyse le spécialiste des relations internationales Didier Billion dans une interview au Parisien. Depuis 2015, cette complaisance a disparu, et le gouvernement turc veut démanteler l’organisation. Mais ce retournement a entraîné des représailles. »

  • Procès « LuxLeaks ». La justice luxembourgeoise a condamné mercredi Antoine Deltour et Raphaël Halet respectivement à 12 mois de prison avec sursis et 1 500 euros d’amende et neuf mois de prison avec sursis et 1 000 euros d’amende pour violation du secret des affaires. Les deux anciens employés français du cabinet d’audit PwC étaient à l’origine de la révélation en 2014 d’accords secrets passés entre des multinationales et le fisc luxembourgeois pour limiter le montant des impôts qu’elles paient en Europe. Le juge « effectue un étrange aller-retour. Entre la reconnaissance du caractère incontestable d’intérêt général des actions des deux accusés, d’une part, et la décision de soutenir mordicus qu’ils sont allés trop loin, et doivent de ce fait être condamnés, d’autre part », écrit le journaliste de Mediapart Dan Israël.

  • BoJo quitte la course. L’ancien maire de Londres et chef de file de la campagne pour le Brexit Boris Johnson a renoncé jeudi à se présenter pour le poste de Premier ministre britannique. Il a pris cette décision après l’annonce surprise de la candidature de son plus proche allié, le ministre de la Justice Michael Gove soutenu par plusieurs figures du Parti conservateur. Boris Johnson « ne voulait pas prendre le risque de perdre », explique à France 24 Sarah Pickard, maître de conférences en civilisation britannique contemporaine à l’université Sorbonne Nouvelle. « Enfin, on s’est rendu compte depuis jeudi que le Brexit pourrait conduire à un référendum pour l’indépendance de l’Écosse, ce qui signifierait la fin du Royaume-Uni. Et Boris Johnson refuse d’être celui qui aura permis la fin du Royaume-Uni », ajoute-t-elle.