• Attentat de Nice. Le procureur de la République de Paris François Molins, chargé de l’enquête sur l’attentat de Nice le 14 juillet, a déclaré que l’auteur des faits avait « bénéficié de soutiens et de complicités » pour commettre son crime. Il « semble avoir mûri son projet criminel plusieurs mois avant son passage à l’acte », a précisé le magistrat.

  • Controverse sur la sécurité. Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a saisi l’Inspection générale de la police nationale pour évaluer le dispositif de sécurité en place lors de l’attentat de Nice et le président François Hollande a promis que les conclusions seraient connues « la semaine prochaine ». Libération a publié à sa une ce matin une enquête accusant les autorités de « mensonge » sur la présence policière aux abords du rassemblement.

  • Loi Travail. Le projet de loi Travail a été définitivement adopté cet après-midi, aucune motion de censure n’ayant été déposée dans les 24 heures suivant l’utilisation de l’article 49 alinéa 3 de la Constitution.

  • Mort lors d’une arrestation. Le procureur de la République de Pontoise a révélé que l’autopsie pratiquée sur Adama Traoré, un homme de 24 ans mort lors de son arrestation à Beaumont-sur-Oise mardi, montrait qu’il souffrait d’une « infection très grave ». Le décès du jeune homme a provoqué deux nuits de violences dans le Val-d’Oise, des manifestants s’opposant à la police qu’ils accusent de bavure.

  • Droits de l’homme. Le vice-Premier ministre turc Numan Kurtulmus a annoncé que son pays dérogerait temporairement à la Convention européenne des droits de l’homme pendant l’état d’urgence décrété hier par le président Recep Tayyip Erdogan. La convention permet à ses signataires de prendre exceptionnellement des mesures de restriction des libertés tout en maintenant l’interdiction de la peine de mort et de la torture.