21 juillet 2016

C’est leur avis

Daech et les auto-entrepreneurs du terrorisme

Les enquêteurs n’ont pas trouvé de complice aux auteurs du meurtre de Magnanville ou de l’agression dans un train en Allemagne lundi. Sur France Culture, le journaliste spécialiste des questions de défense Jean-Dominique Merchet estime que le groupe État islamique, qui a revendiqué ces attaques, fournit une caisse de résonance à des criminels isolés.

« Nous sommes dans une économie collaborative de la terreur. Vous avez des gens qui s’instituent auto-entrepreneurs du terrorisme. Au fond, ce que fournit Daech c’est un logiciel (“écrasez-les avec votre voiture”, “poignardez-les”, etc.) et surtout un formidable outil de communication qui donne une résonance mondiale à n’importe quel geste imbécile et criminel, comme lorsqu’un petit Afghan de 17 ans attaque quatre malheureux Chinois dans un train de banlieue en Allemagne. […] C’est quelque chose d’extrêmement moderne qui ne remplace pas le terrorisme qu’on a connu avant, mais qui vient s’y ajouter. » Jean-Dominique Merchet