25 juillet 2016

Ça alors

La Nouvelle-Zélande veut éradiquer les espèces invasives

Le Premier ministre néo-zélandais John Key a lancé aujourd’hui un programme visant d’ici 2050 à débarrasser le pays des espèces de prédateurs importées qui menacent la flore et la faune locales. Sont principalement visés les rats, hermines et opossums d’Australie. Ces animaux, introduits essentiellement par les colons européens, nuisent notamment aux kiwis, ces oiseaux non volants emblématiques de la Nouvelle-Zélande dont la survie est menacée. Selon une étude de la Royal Society néo-zélandaise, chargée de la promotion des sciences dans le pays, les ravages causés par les prédateurs invasifs coûtent également jusqu’à deux milliards d’euros par an en production agricole. Le gouvernement va mettre en place une structure financée aux deux tiers par des fonds privés pour développer de nouvelles méthodes de lutte contre la prolifération des nuisibles, en plus du poison utilisé actuellement.