• Meurtrier identifié. Les enquêteurs ont identifié le second meurtrier du père Jacques Hamel, égorgé mardi dans une église de Saint-Étienne-du-Rouvray en Normandie. Âgé de 19 ans, Abdel Malik Petitjean faisait depuis fin juin l’objet d’une fiche S des services de renseignement pour avoir tenté de se rendre en Syrie pour combattre auprès du groupe État islamique.

  • Garde nationale. François Hollande a officialisé la création d’une garde nationale, qui aura pour mission d’aider à la lutte antiterroriste et sera « bâtie à partir des réserves opérationnelles existantes », des forces d’appoint composées de volontaires et de retraités de l’armée ou de la gendarmerie. Les modalités de formation et de répartition des troupes seront précisées début août à l’issue d’un Conseil de défense, puis feront l’objet d’une consultation des parlementaires en septembre.

  • Démission chez EDF. Gérard Magnin, fondateur du réseau de villes européennes en transition énergétique Energy Cities, a démissionné du conseil d’administration d’EDF pour protester contre la volonté du groupe de construire deux réacteurs nucléaires de nouvelle génération EPR à Hinkley Point au Royaume-Uni. L’énergéticien français devait prendre en fin de journée une décision sur un projet évalué à près de 22 milliards d’euros.

  • Consultation à 25 euros. Le directeur général de l’Assurance maladie a annoncé hier soir la fin des négociations avec les syndicats de médecins libéraux portant notamment sur une revalorisation de la consultation chez le généraliste. L’accord, signé pour l’instant par deux des cinq syndicats, prévoit de faire passer le prix de celle-ci de 23 à 25 euros le 1er mai 2017.

  • Contre-expertise. Le procureur de la République de Pontoise a fait savoir qu’une contre-autopsie réalisée sur le corps d’Adama Traoré, mort lors de son interpellation par la police à Beaumont-sur-Oise le 19 juillet, n’avait révélé « aucune trace de violences ». La famille du jeune homme, qui accuse la police de « bavure » avait réclamé une contre-expertise après les résultats d’une première autopsie selon laquelle le défunt souffrait d’une « infection très grave ».