• Obsèques du père Hamel. Plusieurs milliers de personnes ont assisté dans la cathédrale de Rouen aux obsèques du père Jacques Hamel, assassiné pendant qu’il célébrait une messe mardi dernier. L’archevêque Dominique Lebrun a salué « les croyants des autres confessions religieuses, en particulier la communauté juive et la communauté musulmane très marquées et déjà décidées à s’unir pour plus jamais ça ».

  • Négociations chez Air France. La direction d’Air France a proposé aux trois syndicats d’hôtesses et de stewards de reprendre dès ce mois-ci les négociations sur l’accord collectif régissant leurs conditions de travail. La compagnie aérienne estime que la grève entamée le 27 juillet et qui s’achève ce soir aura coûté 90 millions d’euros à l’entreprise.

  • La gendarmerie accusée. La famille d’Adama Traoré, un jeune homme décédé lors de son interpellation par la gendarmerie à Beaumont-sur-Oise le 19 juillet, a annoncé par le biais de son avocat qu’elle allait porter plainte pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Elle souhaite demander que l’affaire ne dépende plus du parquet de Pontoise, car elle estime que « le procureur a jusqu’à maintenant communiqué d’une manière partielle et partiale ».

  • Affaire « LuxLeaks ». Le parquet luxembourgeois a décidé de faire appel de la décision rendue le 29 juin dans l’affaire « LuxLeaks », un scandale d’optimisation fiscale. Le journaliste Édouard Perrin, qui avait révélé les faits et avait été acquitté en première instance, sera rejugé avec les lanceurs d’alerte Antoine Deltour et Raphaël Halet, qui avaient déjà fait appel de leur condamnation à respectivement 12 et neuf mois de prison avec sursis.

  • Listes électorales. De nouvelles règles d’inscription sur les listes électorales destinées à lutter contre l’abstention ont été publiées au Journal officiel. Elles permettront notamment de s’inscrire jusqu’à un mois avant le scrutin et non plus avant le 31 décembre précédent. Elles ne seront vraisemblablement pas en vigueur pour les élections de 2017, le gouvernement ayant jusqu’au 31 décembre 2019 pour les mettre en place.