• Consultation médicale plus chère. La nouvelle convention médicale fixant les honoraires des médecins libéraux a été validée dimanche et signée jeudi, assurant le passage de 23 euros à 25 euros de la consultation chez le généraliste à partir du 1er mai 2017. Il s’agit d’un changement de stratégie, selon Brigitte Dormont, professeur d’économie à Paris-Dauphine : « Depuis 2011, l’Assurance maladie avait délibérément gelé le tarif des consultations pour développer des modes de rémunération plus vertueux tels que les primes à la qualité des soins ou le forfait de 40 euros pour un patient souffrant de maladie chronique. »

  • Désaffection des touristes. Le ministre des Affaires étrangères et du Tourisme Jean-Marc Ayrault a annoncé mardi que le nombre de touristes étrangers en France avait baissé de 7 % depuis le début de l’année. « La prolongation de l’état d’urgence, mécaniquement, est un frein au retour d’un certain nombre de touristes dans le pays, estime Frédéric Valletoux, président du Comité régional du tourisme et maire (Les Républicains) de Fontainebleau. Comme il est prolongé jusqu’en janvier, on va mettre du temps avant de voir les courbes du tourisme remonter. »

  • Séisme en Italie. Un tremblement de terre de magnitude 6,2 a frappé le centre de l’Italie mercredi, faisant au moins 278 morts. « Un séisme d’une telle magnitude ne devrait pas provoquer autant de morts et de dégâts, a déploré le sismologue et géophysicien italien Enzo Boschi. En Italie on ne construit bien qu’après de graves tremblements de terre. »

  • Accord de paix en Colombie. Le gouvernement colombien et la rébellion armée des Farc ont signé mercredi soir un accord de paix « final, intégral et définitif ». Le politologue colombien Jorge Restrepo y voit « une grande opportunité pour que la Colombie puisse enfin s’occuper des problèmes de politique publique qui ont été occultés par le grave problème du conflit armé », comme le trafic de drogue, les inégalités sociales et la corruption.

  • Burkini et justice. Le Conseil d’État a suspendu hier l’arrêté municipal de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes) interdisant de baignade les personnes « ne disposant pas d’une tenue correcte, respectueuse des bonnes mœurs et du principe de laïcité ». « Cette affaire laissera des traces, des cicatrices, a réagi sur France Info le président d’honneur de la Ligue des droits de l’homme Michel Tubiana. Et il est temps de mettre fin à cette perspective de stigmatisation de toute une catégorie de la population parce qu’elle exerce, de manière critiquable ou non, sa foi. »