• Macron quitte le gouvernement. Emmanuel Macron a démissionné de son poste de ministre de l’Économie « pour se consacrer entièrement à son mouvement politique » En marche, selon un communiqué de l’Élysée. Michel Sapin va récupérer son portefeuille ministériel en plus de celui des Finances.

  • Accord sur le prix du lait. L’industriel Lactalis et les éleveurs ont trouvé un accord pour que l’entreprise achète la tonne de lait 290 euros en moyenne jusqu’à la fin de l’année. « Ça ramène Lactalis au niveau de ses concurrents », a affirmé Dominique Barrau, secrétaire général de la FNSEA, le principal syndicat agricole, qui a estimé que la mobilisation avait été « vraiment utile ».

  • Arrêtés anti-burkini. Suivant la décision la semaine dernière du Conseil d’État, le tribunal administratif de Nice a suspendu l’arrêté anti-burkini pris par la ville de Cannes. Ce matin, le Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme avait salué l’invalidation des mesures anti-burkini en estimant qu’elles alimentaient « l’intolérance religieuse et la stigmatisation des personnes de confession musulmane en France, en particulier les femmes ».

  • Désaccord sur l’état du Tafta. La commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström a affirmé que les négociations sur le Traité de libre-échange transatlantique (Tafta ou TTIP) sont « difficiles », mais « n’ont pas échoué ». Dimanche, le ministre allemand de l’Économie et vice-chancelier Sigmar Gabriel avait déclaré qu’elles avaient « de facto échoué » et le secrétaire d’État français au Commerce extérieur Matthias Fekl a annoncé ce matin que la France allait en demander l’arrêt.

  • Agression dans un commissariat. Un homme a poignardé un policier dans un commissariat du centre de Toulouse en début d’après-midi. L’agresseur, qui selon le syndicat de police Alliance présente des troubles psychiatriques, a été arrêté tandis que les jours de sa victime ne sont pas en danger.

  • Cessez-le-feu. L’armée turque et les milices kurdes qui s’affrontent dans le nord de la Syrie ont accepté de cesser les combats, selon le commandement militaire américain dans la région. Il assure que les troupes rivales vont se concentrer sur la lutte contre le groupe État islamique.