1er septembre 2016

Tout s’explique

Heurts au Gabon après l’élection présidentielle

Pourquoi des violences ont-elles éclaté ?

Le Gabon est entré en crise après la proclamation hier des résultats officiels de l’élection présidentielle. Le chef de l’État sortant Ali Bongo est donné vainqueur d’environ 6 000 voix (sur 650 000 inscrits) face à son rival Jean Ping. Dans la province du Haut-Ogoué, berceau de la famille Bongo au pouvoir depuis 1967, les résultats font état d’un taux de participation de 99,93 %, et 95 % des voix au président sortant, faisant basculer l’élection en sa faveur et jetant la suspicion. Jean Ping conteste les résultats et ses partisans se sont opposés aux forces de l’ordre dans la capitale Libreville. L’Assemblée nationale a été incendiée. Le quartier général du candidat vaincu a été pris d’assaut par la garde républicaine. Au moins deux personnes sont mortes dans les heurts. La France et l’Union européenne ont demandé que les résultats contestés de l’élection présidentielle gabonaise soient publiés bureau par bureau.

Quel est le bilan du premier mandat d’Ali Bongo ?

Le fils de l’ancien président Omar Bongo met l’accent sur la diversification de l’économie de ce pays très dépendant de sa production de pétrole, la mise en concurrence de la France avec des investisseurs asiatiques et de nombreux investissements dans les infrastructures (accès à l’électricité et à l’eau potable). La dette publique a en revanche plus que doublé et le pouvoir d’achat est en diminution entre 2014 et 2015. Un cabinet d’études indépendant a relevé qu’en 2014, au moins 30 % de la population vivait sous le seuil de pauvreté. Jean Ping déclare que le Gabon est un pays « riche qui n’a rien construit en un demi-siècle ».

Quels sont les exemples de transition démocratique en Afrique ?

Le collectif « Tournons la page » qui appelle les dirigeants africains à favoriser la transition démocratique a publié en 2015 un rapport dans lequel il constate que 88 % des Togolais n’ont connu au pouvoir que la famille Gnassingbé (à la tête du pays depuis 1967) et 87 % des Gabonais les Bongo. Viennent ensuite l’Angola, l’Ouganda, la Guinée équatoriale, etc. En revanche, certains pays montrent une aspiration au changement : le Nigeria a vécu l’an dernier sa première transition démocratique depuis son indépendance. En avril, Patrice Talon est devenu le quatrième président du Bénin depuis 1990, l’année où le pays a entamé un processus démocratique qui en fait un modèle sur le continent.