9 septembre 2016

Tout s'explique

Le gouvernement annonce des baisses d’impôts

Qui sont les particuliers qui pourront en profiter ?

Le ministre de l’Économie et des Finances Michel Sapin a annoncé ce matin une baisse de l’impôt sur le revenu à compter de l’année prochaine. Elle concernera cinq millions de foyers fiscaux dont le revenu est inférieur à 1 700 euros net (le double pour un couple). Dans le cas d’une personne seule gagnant 1 700 euros, l’économie sera 191 euros sur l’avis d’imposition. Les retraités non imposables bénéficieront d’un crédit d’impôt sur les services à la personne. Enfin, l’impôt sur les sociétés baissera progressivement de 33 % à 28 % d’ici 2020.

Comment les mesures vont-elles être financées ?

Avec la seule baisse de l’impôt sur le revenu, le manque à gagner pour l’État sera d’un milliard d’euros. Le gouvernement a expliqué qu’il serait compensé par une amélioration de la croissance en 2017. François Hollande avait estimé en juin une baisse de deux milliards « possible », mais la croissance nulle de l’économie française au deuxième trimestre l’a conduit à revoir son objectif. Il est prévu que le crédit d’impôt sur les services à la personne sera compensé, en partie, par le surcroît d’activité permis par cette mesure. La baisse de l’impôt sur les sociétés ne concernera pas le budget 2017.

Quelle aura été la politique fiscale de François Hollande ?

L’Observatoire français des conjonctures économiques, un centre de recherche indépendant, a publié lundi un bilan de l’évolution de la fiscalité pendant le quinquennat. Il a jugé que les importantes hausses d’impôts décidées en 2012 et 2013 ont eu un rôle majeur dans le ralentissement de l’économie. Plus globalement, l’OFCE souligne que les entreprises ont davantage profité d’allégements fiscaux, tandis que les ménages ont vu leurs impôts fortement augmenter. L’étude conclut toutefois que la politique de compétitivité décidée par le gouvernement pourrait montrer ses effets à long terme.